La Plinthe (OS​.​034)

by Mathias Delplanque

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      €7 EUR  or more

     

1.
05:35
2.
04:52
3.
05:48
4.
05:02
5.
05:05
6.
02:18
7.
04:33
8.
01:07
9.
08:07

about

Elegy (06/08)

Connu sous différentes identités telles que Bidlo, Stensil ou encore Lena,
son projet dub, Mathias Delplanque se livre, sous son propre patronyme à une recherché sonique aussi minutieuse qu’expérimentale avec un penchant marqué pour le monde du bâtiment et ses dérivés. Succédant à des titres comme « Ma chambre quand je n’y suis pas », « Sol » et « L’Inondation », « La Plinthe » est la suite logique de « Pavillon Témoin » sorti l’année dernière, en plus abouti et poussant plus loin l’abstraction. Entre musique concrète et electro acoustique, cet album abrite de vrais instruments (guitare, piano, batterie) sous ses multiples et fines couches de micro-sons désossés. La musique de Mathias Delplanque est clairement là pour solliciter notre vue et notre imagination tout autant que notre ouïe et ce n’est qu’une acceptant de s’immerger complètement dans le flux et le reflux de son œuvre qu’on peut enfin espérer discerner ce qui se cache derrière cette plinthe.

Sabine Moreau

------

Delplanque Mathias
L’inondation
Mystery Sea

Delplanque Mathias
La plinthe
Optical Sound


Tout comme le peintre sait combien il est difficile de figurer le mouvement par l’immobile, certains musiciens minimalistes savent combien il est difficile de jouer l’immobilité avec ce qu’on ne peut arrêter. C’est peut-être ce point qui fera comprendre un jour la musique par un plus grand nombre comme un art de l’image. Arrêter le court du son, son déroulement ontologique dans l’espace et dans le temps, nul n’y est tenu, car nul n’est tenu à l’impossible. Mais l’artiste est souvent un tricheur, qui tente de donner le change. Mathias Delplanque, qui sait distribuer les brillances en musique (Lena), a aussi sa face obscure, ses replis ténébreux. Au plus profond de certains d’entre eux, il tente la prouesse que nous avons décrite. Dans L’inondation par exemple (comme naguère dans la formation Missing Ensemble), il plonge dans un goudron filandreux, une nuit de souffle brumeux et de cliquetis rouillés. Une pulsation rare, peut-être marquant la corrosion, le poinçonne plus qu’elle ne le rythme. Car le temps n’a plus le jour avec lui pour marquer l’alternance. Seule la nuit règne ici. On devine les formes qu’elle caparaçonne, on se fie à leur bruit avant tout et ce n’est que juste dans cette sphère souterraine. Atelier soumis à la rotation, le disque est le lent balancier de sa propre période. Il suinte comme les caves humides et c’est peut-être finalement le seul signe qui le fait échapper à sa parfaite immobilité. Tout aussi beau mais plus lumineux, La plinthe est un autre disque de recoin, mais il y a des recoins encombrés. Ceux-ci fourmillent de vie, et le temps est alors réévalué : crépitements denses en chute rare, attaques de basse, tintement de gong en éclosion lointaine, souffle de pression et humidité des conduits – ces signes de vie et de lumière n’effacent pas la nuit, ils la nourrissent. Elle abandonne son absolu pour abriter un firmament. La vraie nuit n’est pas moins hospitalière. Le temps retrouve son cours, jusqu’au son de déroulement de ce qui ressemble à un appareil de projection sur la plage 3. Alors La plinthe se découvre vite en magnifique et subtile œuvre dark ambient, où les points lumineux s’agrègent en nappe miroitante, transformant la plinthe en une autre base, un passage vers un autre socle, plus fluctuant, mer ou voie lactée.
D.B.
2008-09-15

-------
MATHIAS DELPLANQUE- LA PLINTHE
reviewed by Frans de Waard
1/19/2008
SHORTEES are provided
in cooperation with
Vital WEEKLY magazine
subscribe here
Like many other musicians, Mathias Delplanque works under different guises to present different kinds of music. As Lena he plays dub like music, and under his own name things are more microsound. I wasn't blown away by his previous 'Le Pavillon Temoin', but this new one, 'La Plinthe' (meaning The Baseboard) is better. Although, I readily admit that the differences aren't that big. Again, Delplanque seems to be using various acoustic instruments (such as guitar, piano, drums etc.) but treats them to such an extent that that can be no longer traced back to the original source, so I must admit I am guessing here. It's a bit hard to say why I like this album better than the previous. Maybe it's because there are lesser attempts to create small melodies and overall it seems that album is more abstract, working more along the lines of say Richard Chartier or Roel Meelkop. The pieces are more worked out, and have tension throughout, which grabs the listener more than before. Throughout 'La Plinthe' is a pretty strong album. Maybe not in its genre per se, but quite a leap forward.

more info : www.optical-sound.com


www.earlabs.org/release/shortee.asp?reviewID=934

credits

released March 23, 2008

Writen, mixed and mastered by Mathias Delplanque
Photography & Layout by Black Sifichi


Avec le concours du ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Alsace

Copyright Mathias Delplanque 2007

tags

license

all rights reserved

about

Optical Sound France

Optical Sound est une structure hybride et atypique, furtive et mobile qui dessine ses propres frontières entre musique expérimentale et art contemporain. Bien avant l'exode des musiciens vers les contrées plus accueillantes des arts plastiques - crise du disque oblige et soif insatiable de nouveauté - Optical Sound œuvre depuis 1997 au mixage interdisciplinaire .../... ... more

contact / help

Contact Optical Sound

Streaming and
Download help

Redeem code